Lettre du Salut des Malades

Abbé Albert Franck                                                                                                  Gilsdorf, mi août 2018

45, rue Principale

L – 9370 Gilsdorf

Tél. :                00352 / 80 32 78

(de préf. de 7 :30 à 9 :00 et de 16 :30 à 18 :00 hrs)

Fax :                00352 / 80 49 67

E-mail :           aubergededieu@cathol.lu

 

 

C  H  E  R    A  M  I    !

 

 

Le 16 septembre, nous commençons la 36e année du service des malades mensuel dans le petit village de Gilsdorf au Luxembourg. Au début, ce service était comme une petite graine de sénevé qui a été mise en terre, qui s’est développée jusqu’à devenir un grand arbre où les oiseaux du ciel trouvent protection, refuge et nid.

Tout commençait avec le désir ardent de devenir un lieu de guérison et de libération pour beaucoup de gens. Cela commençait avec le cri de souffrance et de douleur des blessés, violés et rejetés, des malades et des handicapés d’une part, et le cri ardent qui venait du Ciel de l’autre part : Faites quelque chose pour ces souffrants. Qui pourrais-je prendre et envoyer comme le bon samaritain près de la ville de Jéricho, qui laissait sa propre destination pour amener ce blessé dans l’auberge afin de lui donner une situation de guérison et de résurrection. Le cri de souffrance de l’homme dans sa peine et cet appel de Dieu de donner secours nous montraient par la parole de Dieu sur le secours du bon samaritain miséricordieux et l’accueil du père de l’auberge : Dieu demande une auberge où les gens désespérés, souffrants, malades et déprimés peuvent vivre guérison et libération. Cette auberge devenait pour nous le cœur ouvert de Jésus qui sans cesse nous appelle : « Venez donc à moi. Je veux vous donner le calme et la paix que le monde ne peut vous donner. Ne craignez pas ! Ayez confiance en moi ! Je veux vous aider. » Même là où le monde ne voit aucune possibilité de guérison, pour Dieu rien n’est impossible. Le cœur de Jésus devenait pour nous une source de compassion sincère et de miséricorde honnête, une source de guérison, de pardon, de réconciliation et de libération – une source intarissable d’amour et de paix.

 

De cette petite graine de sénevé qui devait mourir en terre, surgissait un petit arbre qui devait lutter dans sa croissance avec des tempêtes, des inondations, des sécheresses, avec la neige et la glace, la chaleur et le froid, la lumière et l’obscurité. Il devait lutter et se défendre pour pouvoir grandir, mais rien ne pouvait freiner sa croissance à devenir un grand arbre avec un tronc solide, des branches et des rameaux, des fleurs et des fruits. Beaucoup d’oiseaux recherchent sa couronne puissante pour y trouver sécurité et protection. C’est ce qui s’est passé dans le service des malades : de ce petit début modeste et humble est devenu un arbre fort et solide, enraciné profondément dans l’amour de Dieu, destiné à donner refuge, guérison et libération pour beaucoup de gens de toutes les nations.

 

Cher ami. Je voudrais t’inviter cordialement au prochain service des malades le 16 septembre 2018. Chaque jour, nous avons prié pour toi depuis le jour où tu nous as confié tes intentions. Les derniers mois tu as vécu des grâces. Tu en es étonné. Tu t’en réjouis. Emporté par cette joie, tu dis à d’autres ce qui s’est passé. Que s’accomplissent les mêmes merveilles que des temps de Jésus : l’aveugle entend ce que Jésus a fait, la femme peinée d’une grave maladie de sang entend comme Jésus a guéri d’autres ; lorsque la fille de Jaïre est mourante, Jaïre se rappelle tous les témoignages racontés de ce que Jésus a fait. Ces témoignages les faisaient courir auprès de Jésus pour recevoir de Jésus une parole de guérison, pour pouvoir le toucher, pour recevoir l’imposition de ses mains. Et ils étaient guéris.

 

Cher ami. Ton témoignage est important. La bonne nouvelle de Jésus Sauveur doit se répandre, surtout auprès de ceux qui ont besoin du Médecin des Cieux. Ton témoignage donne encouragement, espérance et expectation : ton témoignage comme tu as été guéri de telle ou telle maladie, de libération de telle ou telle dépendance, ton témoignage de l’exaucement de ta prière, du renouveau de ta confiance et de ton espérance ; ton témoignage de la remise en ordre de ta vie personnelle et familiale.

 

Cher ami. Viens et amène d’autres. Tu as encore de la place dans ta voiture. Amène les malades et les handicapés, les cancéreux et les paralysés, les désespérés et les déprimés, les alcooliques et les drogués. Sois conscient : Jésus t’invite. Il t’attend ! Il voudrait te rencontrer pour te donner son secours. Il a entendu ton cri et il a vu ta souffrance. Il dit à toi et aux autres : « Venez et recevez de mes blessures la guérison. Dans mes blessures, vous avez été guéris. Recevez mon sang. Par mon sang, vous avez été sauvés. »

 

Cher ami. Combien je me réjouirais de pouvoir te saluer dans ce service des malades. Je te demande aussi la prière pour notre mission, que notre service ne devienne jamais une simple tradition sans vie, mais qu’il demeure dans l’onction du Saint Esprit. Prends-toi ce temps dans la Présence de Dieu. La route n’est jamais trop longue. Tu vivras la Gloire de Dieu.

Je souhaite à toi ainsi qu’à tous les autres un redémarrage pour une vie nouvelle avec Jésus Christ. Que le Seigneur vous bénisse, toi et tous les tiens.  

 

 

Ton prêtre et ami

A.Franck

 

copyright (c) 2011 by DTMCI
design & maintenance by oneOone Communication sa